logo_hydro_building
logo_hydro_building

VIA LODERINGO

Structure du bâtiment et vicissitudes historiques


C'est un bâtiment de 1916, avec 6 étages, un sous-sol, quatre étages hors sol et un grenier utilisé comme grenier, avec un plan rectangulaire mesurant environ 30,00x12,00, avec une hauteur sous gouttière de près de 17,00 m. La structure portante est en maçonnerie. Les planchers sont constitués de dalles en béton armé à armature unidirectionnelle. Les fondations sont en conglomérat de béton non armé. Le gauchissement des planchers a été détecté au moyen d'un relevé pacométrique.

Hydro Buildings Consolidation s.r.l.
Via Alessandro Tiarini, 27/A - 40129 - Bologna - Italia

 C.F. / P.Iva: 02836401204
Tel: 342 832 8237 - 051/6350845 - Fax: 051/6354238
info@hbc-consolidamenti.it

Hydro Buildings Consolidation s.r.l. © 2022 - Powered by Logos Engineering

solaio2r(1).jpeg
solaio1r(1).jpeg
solaio3r(1).jpeg
solaio4r(2).jpeg
solaio5r(2).jpeg

Schéma de fissure principal


Dans les documents suivants, les procès-verbaux des relevés d'état de fissuration effectués lors des inspections sont directement rapportés. Les fissures les plus évidentes et les plus significatives ont été repérées, étage par étage, afin d'identifier les mouvements probables du bâtiment et d'identifier tout autre phénomène co-responsable de l'état de fissuration en cours. L'enquête réalisée a permis de constater la coexistence de lésions de genèse diverse. Des fissures peuvent être reconnues, presque toujours en diagonale, directement attribuables aux mécanismes d'affaissement des fondations, localisées plus ou moins sur tous les murs (extérieurs, vertébraux, transversaux) et, "peut-être", plus accentuées aux extrémités et sur le côté de Via Loderingo. Il faut garder à l'esprit que les différentes unités immobilières ont subi des rénovations et des aménagements à des moments différents et de différentes manières de sorte qu'il n'est pas immédiat de corréler l'étendue de l'état de fissuration d'une partie du bâtiment à l'autre. Lors des contrôles (et ensuite détectés par le contrôle thermographique) des portions de plâtre fissurées dues à des phénomènes de retrait, de gonflement et de détachement du support, tant sur les murs que sur les plafonds, ont été identifiées. A l'entresol, suite à l'inspection effectuée, le plâtre du plafond d'une pièce a été retiré car dangereux car presque complètement détaché. Dans le passé, le plâtre tombait sur un plafond entier dans la propriété adjacente. Il s'agit d'un problème commun à l'ensemble du bâtiment et qui est dû au fait que les planchers sont en béton armé et, de plus, très déformables. Même l'enduit des murs est affecté par une mauvaise adhérence sur les blocs de béton, d'autant plus là où nous avons des enduits modernes à base de ciment et épais. Un autre type de dégradation concerne les planchers et est dû à une faible capacité portante et à une déformabilité excessive (béton de mauvaise qualité, mauvais ferraillage, faible épaisseur). L'état fissuré constaté, comme le montrent les documents afférents, affecte pratiquement à parts égales les deux ailes du bâtiment, on ne peut pas dire qu'il s'agisse d'une partie préférentielle. De l'analyse de l'état fissuré il ressort, comme déjà noté dans les études précédentes, qu'il existe un phénomène d'affaissement différentiel des fondations qui sont à l'origine des lésions les plus importantes constatées dans le bâtiment.

seminterr.jpeg
legenda_r.jpeg
rialzator.jpeg
primor.jpeg
secondo_r.jpeg
terzor.jpeg
2887r.jpeg
2895r.jpeg
3017r.jpeg
3016r.jpeg
3020r.jpeg
3019r.jpeg
3026r.jpeg
3021r.jpeg
3027r.jpeg
3030r.jpeg
3046r.jpeg
3042r.jpeg
3048r.jpeg
3047r.jpeg
3070r.jpeg
3069r.jpeg

Cadre géologique et géotechnique


En examinant les résultats des essais géotechniques effectués, résumés dans le tableau suivant, on identifie immédiatement certaines circonstances qui permettent de circonscrire les causes du phénomène de fissuration. Le géologue a prélevé 6 échantillons de sol, trois du côté nord et trois du côté sud, respectivement à des profondeurs similaires, et les a soumis à des tests en laboratoire, notamment la détermination de l'humidité naturelle et des limites de consistance. Ce sont des échantillons homogènes pour les caractéristiques lithologiques ; tant au sud qu'au nord, on trouve des sols fins argilo-limoneux. Il est également important que les prélèvements aient été effectués en septembre (fin d'été, période sèche).

Sondage
Échantillon
Emplacement
Profondeur (m)
Humidité naturelle (%)
Limite plastique (%)
Limite de retrait (%)
Retrait linéaire (%)
S1
C1
SUD
3.00÷3.30
17,3
20,0
S1
C2
SUD
5.50÷5.80
22,9
21,0
18,0
7
S1
C3
SUD
7.10÷7.35
25,3
23,0
13,0
9
S4
C1
NORD
3.10÷3.40
18,5
23,0
S4
C2
NORD
5.70÷6.00
23,0
21,0
S4
C3
NORD
8.30÷8.60
23,1
31,0
15,0
10,0

En analysant le tableau, les considérations suivantes se posent, également en relation avec la présence du canal de drainage parallèle au côté sud du bâtiment à une profondeur d'environ 5 m et à son influence présumée sur l'état de fissuration. Les échantillons S1C2 (sud) et S4C2 (nord), tous deux prélevés à une profondeur comprise entre 5,00 et 6,00 m (immédiatement sous le chenal), ont la même humidité naturelle détectée en septembre. Si les dispersions présumées du chenal avaient effectivement influencé le comportement du sol, il aurait fallu trouver des valeurs d'humidité naturelle sensiblement différentes pour les deux échantillons ; l'échantillon "sud", pris en correspondance avec le chenal et immédiatement en dessous, aurait dû être beaucoup plus humide que celui "nord" pris à la même profondeur, encore plus en période sèche. Aussi les valeurs d'humidité relative des autres échantillons comparables pour la profondeur, S1C1 avec S4C1 et S1C3 avec S4C3, sont très peu différentes. Enfin, les valeurs maximales d'humidité mesurées sont juste au-dessus de la limite plastique et juste en dessous de la valeur de saturation, qui m'a été donnée par le laboratoire, égale à 28, comme on peut s'y attendre pour des sols argileux non immergés. Par conséquent, les éventuelles dispersions du canal n'influencent en aucune manière le comportement statique du bâtiment. Au lieu de cela, ce qui a causé les tassements était l'assèchement extrême du sol immédiatement sous le plan de fondation, comme en témoignent les valeurs d'humidité naturelle mesurées dans les échantillons S1C1 (sud) et S4C1 (nord) qui sont proches de la limite de retrait. De plus, la forte propension de ce sol à faire varier son volume en fonction de la teneur en eau est évidente. Que le bâtiment soit également sujet à des mouvements dus au gonflement du sol ressort du fait que certaines lésions retrouvées se sont refermées après avoir expulsé en grande partie les injections.

google(2).jpeg
litologia(2).jpeg

Stratigraphie du site à l'étude

Conditions aux limites et positionnement des sondes

log_umidita(1).jpeg

Changement d'humidité avec la profondeur

Projet d'intervention


Le projet consiste en la consolidation par l'installation d'un système de contrôle de l'humidité du sol (système HBC breveté). Comme on peut le voir sur les dessins présentés dans les illustrations suivantes, six tuyaux en polyéthylène pré-percés sous-horizontaux sont fournis à une profondeur appropriée, qui ont pour fonction de diffuser l'eau nécessaire pour maintenir l'humidité constante quel que soit le sol du bâtiment. toutes les conditions extérieures pouvant intervenir. Ils seront posés à l'aide d'une foreuse horizontale (technique No-Dig) travaillant exclusivement à partir du stationnement attenant à la copropriété sans intervenir d'aucune façon à l'intérieur des pièces du sous-sol. L'approvisionnement en eau proviendra du système d'irrigation du jardin du côté nord. Le contrôle du système est confié à des robinets à flotteur spéciaux installés dans les puits d'inspection. Le plan d'étage et la section du système sont illustrés ci-dessous.

piantaprogetto.jpeg
sezioneprogetto.jpeg
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder